Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

20 Janvier 2014
Dans l’Hexagone, les ventes du distributeur ont enregistré en 2013 leur meilleur taux de croissance depuis 2007. Mais la fin de l’année n’a pas été excellente partout.

Carrefour a réalisé 84,3 milliards d'euros de ventes en 2013. - REUTERS/Damir Sagolj

Dès leur publication, les chiffres de Carrefour pour le quatrième trimestre 2013 et l’ensemble de l’année ont déçus les analystes. Le titre du deuxième distributeur mondial a affiché jeudi à l’ouverture de la Bourse la plus forte baisse du CAC 40, et était toujours, à la mi-journée, en baisse de 3,30 %. Mais à y regarder de plus près, on pourrait considérer que les données publiées ce jeudi confortent la volonté du PDG Georges Plassat de ne pas laisser s’effondrer son marché domestique et la zone Europe, dont les consommateurs possèdent toujours, malgré la crise, l’un des plus forts pouvoirs d’achat de la planète

La Chine en baisse

Ce sont d’abord les ventes au Brésil et en Chine, à la fin de l’année, qui ont inquiété les investisseurs et ceux qui les conseillent. Au cours du quatrième trimestre 2013, le chiffre d’affaires des hypermarchés et cash-and-carry brésiliens n’a progressé que de 5,6 % en comparable, un rythme moins élevé que les trimestres précédents et que les magasins du concurrent Pao de Acucar, la filiale locale de Casino. En Chine, les ventes ont reculé de 3,1 %, toujours en comparable, quand elles avaient progressé pendant six mois auparavant.

Ce sont, notamment, les ventes de produits non alimentaires qui ont fléchi. Certains analystes ont également estimé que les performances des hypermarchés français n’étaient pas aussi fortes que prévues. Chez Bank of America-Merril Lynch ont pointe « une confirmation de la reprise » sur le segment clef des hypermarchés, mais on note « néanmoins des chiffres inférieurs à nos attentes et au consensus ». Il est vrai qu’au cours du troisième trimestre 2013, la progression des ventes en comparable des hypers français étaient de 3 %, contre 1,4 % pour le quatrième trimestre. La période des fêtes n’a pas été excellente. Pour CM-CIC, les performances en données comparables sont « un chouïa décevantes »« Les ventes de Carrefour au quatrième trimestre se sont révélées légères », résume-t-on à la Société Générale.

L’Espagne revient dans le vert

Pour autant, le redressement du groupe, armorcé ces derniers mois, se confirme bel et bien. Sur l’année, « nous avons accéléré la croissance de nos ventes tant en France qu’à l’international », s’est félicité le directeur financier de Carrefour, Pierre-Jean Sivignon, lors d’une conférence téléphonique. De fait, si avec 84,3 milliards d’euros sur l’ensemble de 2013, Carrefour enregistre une baisse de 2,6 % de son chiffre d’affaires publié, en données pro forma, c’est-à-dire retraitées des cessions intervenues en Grèce, en Indonésie, en Colombie, en Malaisie, à Singapour et en Turquie, et hors effet de change, essence ou variations calendaires, le bilan fait état d’une hausse de 2,5 % (3,5 % à l’international, 1,3 % en France).

Plus significatif, la France, avec 39,72 milliards d’euros de chiffre d’affaires affiche, son meilleurtaux de croissance depuis 2007. Signe de cette évolution, tous les formats de magasins ont enregistré au cours du quatrième trimestre de l’an passé une croissance à périmètre comparable, y compris les hypermarchés (+1,4 %, pour 2,1 % pour les supermarchés et 4,3 % pour la proximité) qui ont longtemps constitué la branche malade du réseau. Le contraste est réel avec Casino, qui surperforme au Brésil, mais affiche des ventes en baisse sous toutes ses enseignes dans l’Hexagone . Pour Pierre-Jean Sivignon, ces résultats sont notamment dus « à la restauration de l’image-prix de l’enseigne grâce à la garantie des prix les plus bas sur 500 produits de grandes marques ».

Une baisse des prix que Casino n’a engagé qu’il y quelques mois. Dans le reste de l’Europe, la filiale espagnole de Carrefour est elle aussi repassée dans le vert, au quatrième trimestre, à +0,2 % en comparable. Une première depuis 2008 cette fois. L’Italie demeure, en revanche, un vaste chantier, avec des ventes encore en forte baisse de près de 6 %.

Le développement de mise au Brésil et en Chine

Selon le directeur financier du groupe, le salut dans les deux grandes filiales que sont le Brésil et la Chine passe par le développement. De fait, en Chine, les ouvertures ont permis de faire croître le chiffre d’affaires de 1,4 % en valeur absolue au cours des trois derniers mois de l’année 2013. Pour le Brésil, Pierre-Jean Sivignon, tout en confirmant pour l’ensemble du groupe un résultat opérationnel courant annuel de 2,19 milliards d’euros, a confirmé devant les analystes qu’une introduction en Bourse « pouvait être l'un des moyens financer l’expansion ».

Carrefour confirme le redressement de ses ventes en France
Tag(s) : #REVUE DE PRESSE
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :