Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Carrefour condamné à 15000 euros après la tentative de suicide d'une salariée 
© France 3 Auvergne

Martine avait tenté de mettre fin à ses jours en juin 2010. Le conseil des prud'hommes de Moulins a reconnu que cette caissière avait été l'objet de harcèlement moral de la part de son employeur.


Le conseil de prud'hommes a reconnu que Carrefour avait exercé un harcèlement moral envers la caissière. © France 3 Auvergne
Carrefour a été condamnée vendredi à verser 15.000 euros de dommages et intérêts pour harcèlement moral envers Martine, une salariée qui avait tenté de se suicider dans son hypermarché de Moulins. Le conseil des prud'hommes de l'Allier a estimé dans son jugement "qu'existait au sein du magasin au moment des faits, des relations tendues et conflictuelles avec la direction".

Le tribunal a reconnu que Martine, une caissière qui avait tenté de se suicider en 2010 sur son lieu de travail, avait été victime de harcèlement moral.


Le tribunal a aussi fait état de lettres reçues par la salariée, représentante CGT, lui demandant de ne pas discuter avec ses collègues après avoir pointé, sans quoi elle serait sanctionnée. "Elle est la seule à avoir fait l'objet d'une remarque de ce type", remarque le tribunal.

"C'est à la suite de cette réception de cette lettre et d'un nouvel entretien avec (sa supérieure) que la salariée tentera de mettre fin à ses jours" le 14 juin 2010, en prenant des médicaments dans les toilettes du magasin. Ajoutant qu'il "n'est pas démontré qu'elle ait eu des soucis d'ordre personnel susceptible d'avoir influé sur son geste malheureux", et s'appuyant sur "la reconnaissance par la caisse primaire d'assurance maladie du caractère professionnel de la tentative de suicide", le tribunal juge que l'attitude de la responsable de caisse et du directeur était "incontestablement de nature (...) à constituer une dégradation des conditions de travail" de la salariée.

Dans sa lettre d'adieu, citée par le tribunal, la caissière disait notamment ne plus supporter "la pression": "les courriers, les insultes par la direction, ça
suffit", écrivait-elle. La salariée a en revanche été déboutée de sa demande de dommages et intérêts au chef d'atteinte à son statut de membre du CHSCT.
Le groupe Carrefour, qui ne fera pas appel, n'a pas souhaité commenter cette décision de justice.
(avec AFP)
Tag(s) : #REVUE DE PRESSE
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :