Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La caissière avait été licenciée pour une faute de virgule. Le conseil des prud"hommes estime le licenciement fondé (Photo d'illustration). (Fred Tanneau - AFP)

Elle avait été licenciée pour une simple erreur de virgule: jeudi, le conseil des prud'hommes a reconnu que le licenciement de cette caissière était fondé. 

Mais il a requalifié le licenciement "pour faute grave" en licenciement "pour cause réelle et sérieuse", et a condamné la société Atac à verser à son ancienne employée 4.080,03 euros au titre des indemnités légales de licenciement, et 2.880,16 euros au titre des indemnités de préavis.

Un bon de 0,60 euros devenu un bon de 60 euros

 

Les faits remontent à mars 2012: cette caissière du supermarché Simply Market, enseigne d'Atac, de Saint-Germain avait enregistré un bon de réduction de 0,60 euro présenté par une cliente, mais une virgule mal placée avait fait bénéficier la cliente d'une réduction de 60 euros.

A la suite de cette erreur, l'employée, qui travaillait depuis 12 ans dans ce supermarché et bénéficiait du statut de salariée handicapée, avait été licenciée pour "faute grave" en mai.

Elle avait demandé aux prud'hommes de déclarer ce licenciement "sans cause réelle et sérieuse" et réclamait notamment à son ancien employeur 40.000 euros de dommages et intérêts.

 

Tag(s) : #REVUE DE PRESSE

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :