Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Au rayon emplois, les salariés du magasin Carrefour d'Orange s'interrogent sur leur devenir. Pourtant, dans le même temps la direction assure que l'entreprise orangeoise ne risque rien.Il y a quatre ans, le magasin Carrefour de la Cité des Princes (comme d'ailleurs la plupart des hypermarchés de l'enseigne en France) a connu une vague de licenciements de ses personnels. D'un effectif global de 296 salariés, le magasin est passé à 242 empois. "Entre des contrats professionnels non renouvelés, des départs volontaires et des départs à la retraite non remplacés, nous explique Frédéric Aubert-Tilli, délégué centrale pour le syndicat FO des 12 magasins du groupe Hyparlo-Carrefour et responsable du CE du Carrefour d'Orange, ce que j'appellerai plus diplomatiquement, cette "érosion naturelle" s'est relativement bien déroulée. En revanche aujourd'hui, même si a priori, nous ne devrions pas être touchés, ce nouveau risque de licenciements massif (plus de 3 000 personnes sur le plan national) inquiète !"

"Sombre menace"

Dès la connaissance de cette nouvelle menace sur l'emploi dans la grande distribution, le secrétaire fédéral en charge à FO du domaine a fait parvenir à l'ensemble des responsables du syndicat une lettre (lettre que nous nous sommes procuré) dont voici quelques extraits. "De nombreuses informations convergentes émanant de plusieurs enseignes ont permis à notre fédération d'établir que le volume d'emploi net dans notre secteur d'activité risque d'être affecté. En effet, plusieurs enseignes ont annoncé des restructurations ou des réorganisations internes qui ne peuvent être sans conséquences sur les effectifs du magasin". À cette première observation, Frédéric Aubert-Tilli, fait remarquer que "non seulement le magasin d'Orange a déjà connu cette restructuration, mais en plus, aujourd'hui, il ne peut se permettre de supporter une nouvelle compression de personnels. Soyons clairs, nous travaillons à flux tendu. Il suffit qu'une, au pire deux personnes, soit contrainte de s'absenter et c'est l'ensemble du magasin qui en subirait les conséquences !" Le syndicat, rappelle également qu'il entend demander audience auprès du ministre du travail, Michel Sapin "afin que soit convoquée sans tarder une réunion des partenaires sociaux de la branche pour évoquer cette sombre menace qui pèse sur l'emploi, enjeu majeur des dernières élections présidentielles".

Les dernières spéculations du groupe "passent" d'autant plus difficilement à Orange que le magasin, à la suite d'un conflit orchestré par une intersyndicale (FO-CFDT-CGT) a obtenu, dans le courant de l'année 2011, l'embauche de deux caissières supplémentaires. Elles sont aujourd'hui au nombre de 64. Il est alors aisé de comprendre qu'ici, au Carrefour d'Orange, cette "menace" a un drôle de goût.

 

A LIRE AUSSI

Encore un remaniement à la direction générale de Carrefour

Tag(s) : #REVUE DE PRESSE
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :