Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Ouest France, toute l’actualité locale et internationaleRomuald Brut, celui a acheté la viande, attend des explications de la part de la grande surface.

Insolite découverte au cours d'un repas familial à Angers, lundi midi. L'acheteur de la barquette de viande envisage de porter plainte contre la grande surface. Cette dernière va mener l'enquête en interne.

L'histoire

 

« J'étais en train de manger mon steak. J'ai senti quelque chose de dur. J'ai failli m'étouffer. J'ai recraché. C'était une dent sur pivot, avec la racine. »Nathalie Dahyot raconte l'anecdote en mimant le « haut-le-coeur » qu'elle a eu après avoir découvert cette dent humaine couronnée, de deux centimètres de long, à l'intérieur de son steak haché.

Il est midi et demi, hier lundi, à Angers. Nathalie est invitée pour déjeuner chez un ami, Romuald Brut, dans le quartier Belle-Beille. Ce dernier, client de la grande surface depuis 15 ans, a fait ses courses à Carrefour Grand Maine, une heure auparavant. Au rayon frais, il achète un lot de barquettes de steaks hachés à bas prix. Sur l'emballage, l'enseigne précise : « 100 % muscle » et « élaboré en France ».

De retour à l'appartement, la famille cuisine les steaks pour partager un repas ensemble... jusqu'à la découverte peu ragoûtante. « Tout le monde a arrêté de manger, net ! On a jeté tous les steaks à la poubelle. Ma fille de 23 mois en a pris elle aussi : elle aurait pu s'étouffer en avalant cette dent, non ? »

Prêt à passer des tests ADN

Furieux, Romuald, ancien commerçant dans la restauration rapide, s'empresse alors de contacter la direction locale de Carrefour, qui le dirige vers le « service consommateurs ». À Massy, personne ne donne d'explication. « Ils m'ont d'abord demandé ce que je voulais, puis m'ont dit de renvoyer la dent. Ah ça non ! Je préfère attendre... »

Contactée hier après-midi, la chaîne des magasins Carrefour assure qu'une enquête va être déclenchée en interne pour tenter de comprendre ce qui a pu se passer. Mais hier soir, curieusement, aucune décision de retirer les produits du même lot n'avait été prise. « Notre enseigne met en place des process très stricts de contrôle de la qualité, explique-t-on à la direction de la communication. Nous allons recueillir toutes les informations sur ce produit et notamment sa provenance. En fonction de ces éléments, nous serons en mesure d'agir et de donner toutes les explications au client. Nous sommes désolés... »

Désolé ou pas, Romuald, lui, garde une dent contre l'enseigne. Il envisage d'établir un constat d'huissier et va signaler, ce mardi, sa découverte auprès de la Direction générale de la concurrence, consommation et répression des fraudes. « Je suis prêt à faire passer des tests ADN à toute la famille s'il le faut, pour prouver que cette dent ne nous appartient pas... »

 

Le parquet d'Angers a ouvert une enquête après la découverte d'une dent humaine de deux centimètres, munie d'une couronne en métal, dans un steak haché vendu par une grande surface d'Angers, a-t-on appris ce soir auprès de l'institution judiciaire. L'enquête a été confiée à la sûreté départementale.

Une jeune femme avait découvert cette dent dans le steak hâché qu'elle mangeait lundi midi chez un ami angevin.

Le steak, conditionné en barquette avec la mention "100% muscle", avait été acheté le même jour au Carrefour d'Angers.

Les steaks hachés ont été fabriqués dans une usine du groupe Bigard à Quimperlé (Finistère) où l'inspection du processus de fabrication n'a pas fait apparaître de faille, selon le groupe Carrefour.

La vidéo de la dent ci-dessous :

 

 

Une dent retrouvée dans un steak 
01:28
A Angers, une dame a retrouvé une dent humaine dans un steak haché. Carrefour, chez qui elle avait acheté la viande, explique qu'une telle méprise...
Tag(s) : #REVUE DE PRESSE
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :