Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La concurrence stimule Carrefour et Casino

Les hypermarchés français de Casino retrouvent la croissance.
Carrefour tient son rythme au Brésil et confirme son redressement en Espagne.

Les investisseurs ont apprécié la bonne tenue des ventes trimestrielles de Carrefour et de Casino, les deux grands distributeurs français cotés. A la mi-journée jeudi, le titre du premier gagnait près de 2 % et celui du second près de 2,5 %. Malgré la faible croissance, la consommation tient en France. Sur fond d'une guerre des prix, dont Antoine Giscard d'Estaing, directeur financier de Casino, estime qu'elle pourrait bientôt atteindre un « plancher ». En Amérique latine, et surtout au Brésil, deuxième marché des deux groupes, qui s'y livrent une âpre concurrence, les chiffres d'affaires continuent à enregistrer des progressions significatives, à l'exception notable des ventes de biens d'équipement qui illustrent, un an après la Coupe du monde, « la conjoncture morose » du pays, selon les termes de Jean-Charles Naouri, le PDG de Casino. Carrefour, quant à lui, a retrouvé le troisième moteur de son activité avec sa filiale espagnole, qui repart franchement de l'avant. Pour les deux entreprises, seule l'Asie semble poser problème.

Cession de magasins

Pour le deuxième trimestre 2015, le groupe Casino a affiché au total un chiffre d'affaires (11,7 milliards d'euros) en légère baisse (-1,5 %). Essentiellement en raison de l'impact négatif des évolutions de taux de change vis-à-vis des devises sud-américaines (- 8,2 %) et de la chute de 30 % de l'activité de Via Varejo - sorte de Darty brésilien - provoquée par la crise. Mais aussi par la cession de magasins demandée par l'autorité de la concurrence brésilienne. En revanche, pour le groupe de Jean-Charles Naouri, le ciel s'éclaircit en France. Après un effort massif sur les prix, les hypermarchés Géant repassent dans le vert pour la première fois depuis deux ans (+2 %). « Il a fallu du temps pour que les consommateurs perçoivent la baisse des prix », a commenté Antoine Giscard d'Estaing. Ceux-ci reviennent (3,9 % de clients en plus sur le trimestre) et, surtout, les prix bas les incitent à acheter plus (+4,7 % en volume). Leader Price, enseigne discount du groupe Casino, marche sur le même chemin, la baisse de ses ventes étant quasi stoppée. Monoprix, plus haut de gamme, demeurant stable, les seuls chantiers qui subsistent sont Franprix, dont les ventes baissent de 7 % encore, et les supermarchés Casino (-3,7 %). Parallèlement à la rénovation de ses hypers, le groupe va rendre ses Franprix plus accueillants, avec un nouveau concept baptisé « Mandarine », preuve que la baisse des prix ne suffit pas.

Carrefour l'a bien compris, qui a déjà largement entamé la rénovation de ses hypers, sous la houlette du PDG, Georges Plassat, qui en a fait une priorité au moins aussi importante que la restauration de l'image-prix. Chez Carrefour, tous les formats progressent. On note toutefois qu'après plusieurs trimestres de hausse les hypers marquent le pas, avec une hausse de leur chiffre d'affaires de 0,5 %. Les dernières données de Kantar Worldpanel montrent que Carrefour a perdu un peu de part de marché dans l'Hexagone ces derniers mois, sous la pression de l'éternel rival coopératif Leclerc, mais aussi des Géant.

L'Asie, le maillon faible

Mais Carrefour continue de surperformer au Brésil avec des ventes en hausse de 7,1 % en comparable, contre +2,4 % pour Casino. Le numéro 1 français de la distribution peut aussi s'appuyer sur sa filiale espagnole, qui a vu son chiffre d'affaires, également en comparable, progresser de 2,8 %, signe d'une reprise durable du pays. Au final, des performances « rassurantes », selon les analystes, malgré la poursuite de la baisse de l'activité en Chine (-12,3 %), où Carrefour met en place une nouvelle chaîne logistique. L'Asie est peut-être, en réalité, plus que le Brésil, le maillon faible des émergents pour les deux groupes, si l'on observe que les ventes de Big C, la filiale thaïlandaise de Casino, ont baissé d'environ 2 %.

À noter

Cnova, la branche e-commerce de Casino, a vu son activité progresser de 25,8 % au deuxième trimestre, à 1,15 milliard d'euros.


En savoir plus sur http://www.lesechos.fr/journal20150717/lec2_industrie_et_services/021209921172-la-concurrence-stimule-carrefour-et-casino-1137787.php?Ur5PvY9yuDxeGFqC.99#xtor=CS1-31

La concurrence stimule Carrefour et Casino
Tag(s) : #REVUE DE PRESSE
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :