Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les rémunérations des patrons du CAC 40

Les salaires des patrons du CAC 40 sont en hausse de 10% en moyenne, selon l'étude réalisée par Facta pour La Tribune, qui publie le palmarès des rémunérations des dirigeants. Combien gagnent les PDG de Carrefour, Danone ou Pernod Ricard ? Voici le classement complet.

En recul depuis 2011, les salaires des patrons du CAC 40, principal indice boursier de Paris, progressent en 2014 selon l'étude réalisée par Facta pour La Tribune, publiée mardi 28 avril 2015 les chiffres de 2014. Le trio de tête est composé de Jean-Paul Agon (L’Oréal), Georges Plassat (Carrefour) et Thomas Enders (Airbus). Le total des salaires des patrons des groupes du CAC 40 (fixe et variable) atteint 153 millions d'euros, en augmentation de 10,1%. "L’augmentation est plus modérée s’agissant des rémunérations fixes, souvent stables d’un exercice sur l’autre, et même des rémunérations variables. Pour ces deux composantes réunies, la hausse est de seulement 5,2% en 2014", nuance l'étude. C'est davantage l'attribution d’actions et d’options qui explique cette augmentation.

RÉMUNÉRATION EN BAISSE POUR PIERRE PRINGUET (PERNOD RICARD)

Avec une rémunération fixe + variable de 3,96 millions d'euros, Jean-Paul Agon, PDG de L'Oréal, occupe la première place du classement des salaires des patrons du CAC 40. En deuxième, Georges Plassat, PDG de Carrefour, avec 3,697 millions d'euros. Une rémunération légèrement en-deçà de 2013. Thomas Enders chez Airbus occupe la troisième place grâce à un variable qui augmente de 1,47 à 1,9 million d'euros. Suivent Bernard Arnault (LVMH), Carlos Ghosn (Renault) et Franck Riboud (Danone). Le classement change lorsque l'on considère le package de rémunération.

Le salaire de Franck Riboud (Danone) est passé de 1,05 million d'euros en 2013 à 1,287 million d'euros. A l’inverse, certains patrons à l’instar de Pierre Pringuet, ex-directeur général de Pernod Ricard, ont vu leur rémunération variable au titre de 2013-2014 arrêtée à 624 635 euros, contre 860 200 l'an passé et 1,6 million en 2011-2012. A noter que la plus faible rémunération est perçue par Henri Proglio, ex-PDG d’EDF, avec 400 000 euros. Une dernière place qui s’explique d’une part par le plafonnement des salaires des patrons des entreprises publiques (450 000 euros).

Les rémunérations des patrons du CAC 40
Tag(s) : #REVUE DE PRESSE
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :