Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Les salariés de Carrefour Vitrolles en grève ce mardi 14 avril 2015 une grève express et 35 embauches a la clef.Plus de 200 salariés ont manifesté
Les salariés de Carrefour Vitrolles en grève ce mardi 14 avril 2015 une grève express et 35 embauches a la clef.Plus de 200 salariés ont manifesté
Les salariés de Carrefour Vitrolles en grève ce mardi 14 avril 2015 une grève express et 35 embauches a la clef.Plus de 200 salariés ont manifesté
Les salariés de Carrefour Vitrolles en grève ce mardi 14 avril 2015 une grève express et 35 embauches a la clef.Plus de 200 salariés ont manifesté
Les salariés de Carrefour Vitrolles en grève ce mardi 14 avril 2015 une grève express et 35 embauches a la clef.Plus de 200 salariés ont manifesté
Les salariés de Carrefour Vitrolles en grève ce mardi 14 avril 2015 une grève express et 35 embauches a la clef.Plus de 200 salariés ont manifesté

plus de 200 salariés ont manifesté. Le magasin a rouvert en milieu d'après-midi

Au moins, on fera des économies..." Hier matin, à Carrefour Vitrolles, il y avait ceux qui prenaient cela avec philosophie, ceux qui compensaient en achetant des sous-vêtements dans la galerie marchande et ceux enfin qui faisaient grise mine. Il faut dire que pour ces derniers, certains étaient venus de Fos-sur-Mer pour"bénéficier d'une promotion sur l'outillage". Mais ils ont dû rebrousser chemin car en arrivant devant l'entrée du magasin, ils ont trouvé portes closes ou plutôt rideaux tirés.

Dès le petit matin, un peu plus de 200 salariés s'étaient réunis sur le parking de Grand-Vitrolles pour lancer un vaste mouvement de grève "qui a touché 80 % des employés qui devaient être présents ce mardi", assure Serge Natchoo, délégué Unsa (Union nationale des syndicats autonomes), syndicat majoritaire au sein de l'hypermarché vitrollais.

"750 en 2008, 496 aujourd'hui"

En cause notamment : "le manque de personnel, l'augmentation constante des charges de travail, le "flicage" des employés, l'absence d'entretien du matériel et le non-respect des pauses médianes accordées aux caissières". Les syndicats déplorent également "une diminution de 50 % de l'intéressement et de la participation". Alors, pour se faire entendre, ils ont décidé de bloquer l'accès à la station-service, à la réception du magasin et ont couché des chariots devant les principales portes d'accès. Très rapidement, la direction a entamé les négociations et ces dernières ont finalement abouti vers 15 heures, le magasin ouvrant finalement ses portes en milieu d'après-midi. "Après plus de 6 heures de négociation et quatre réunions, nous avons finalement signé l'accord de reprise et levé les barrages. Nous avons obtenu de la part de la direction la promesse d'embaucher 35 CDD dans les prochains jours et des emplois saisonniers supplémentaires cet été. La direction s'est également engagée à améliorer les conditions de travail, notamment en respectant les pauses médianes, les salariés et également les élus du personnel, se réjouissait Serge Natchoo. Enfin, il n'y aura pas de perte de salaire liée à cette grève mais des heures à rattraper. Nous avons fait une grève propre mais déterminée."

Et efficace surtout. Car rares sont les négociations qui durent si peu de temps avec des accords signés qui semblent satisfaire tout le monde. D'autant qu'en lançant ce mouvement, les syndicalistes s'attendaient à mener des discussions tendues avec la direction et imaginaient déjà le conflit - "le 6e en plus de 20 ans" - s'enliser.

Il n'en sera finalement rien, la direction ayant accepté de faire des compromis, afin sans doute de ne pas voir le chiffre d'affaires d'une journée réduit à néant.

"Nous avons été entendus et la direction semble être désormais à l'écoute car elle a vu que nous étions capables de mobiliser", analysait le responsable Unsa. Une nouvelle réunion entre représentants du personnel et direction est d'ores et déjà prévue le 19 mai, "afin de faire un point sur les effectifs". Car les syndicats ne l'oublient pas : "En 7 ans, nous sommes passés de 750 à 496 salariés, avec des salaires dérisoires." Si le conflit semble réglé, la vigilance, elle, reste intacte...

"Il est important que les discussions perdurent dans le temps"

Vous attendiez-vous à ce que le magasin soit fermé ?

Pas du tout, nous n'étions même pas au courant de cette grève. Nous avons juste reçu une lettre avec les revendications lundi à 18h50 et les syndicats nous demandaient une réponse rapide. Mais nous ne pouvions guère aller plus vite et ce matin (hier, Ndlr), nous avons découvert cette grève, en même temps que certains salariés.

Au final, le conflit n'a duré que quelques heures...

Oui, car parmi les revendications, il y a certains points sur lesquels nous travaillons au quotidien et qui ont déjà été solutionnés, comme le téléphone qui ne fonctionne pas ou l'amélioration des conditions de travail.

La plus grande revendication portait sur le manque de personnel. Les syndicats s'appuient sur des chiffres de 2008 qui tenaient compte des saisonniers... À ce jour, nous sommes à plus de 500 salariés et l'effectif varie en fonction de la courbe d'activité. Nous avons pointé ensemble les besoins et avons anticipé quelques embauches, soit 35 CDD et 9 saisonniers supplémentaires.

Parmi les revendications, les grévistes regrettent également le "flicage" et le non-respect des pauses médianes pour les caissières...

Il n'y a pas de flicage mais il faut bien comprendre que nous avons des droits et des devoirs, que ce soit la direction ou les employés. Il leur revient de respecter notamment les horaires, les temps de pause et ça, ce n'est pas forcément le cas pour l'ensemble du personnel...

En ce qui concerne les pauses médianes, dans la majorité des cas, elles sont respectées, même s'il arrive parfois que certaines pauses soient décalées en fonction du flux des clients.

Il était important pour la direction de sortir rapidement du conflit ?

Oui, car plus un conflit dure, plus il est difficile de revenir en arrière et de trouver des solutions. Mais il était surtout important que les discussions puissent perdurer dans le temps. Nous sommes sortis du conflit en étant sur la même longueur d'ondes pour le futur plan d'accord à mener.

Mais je peux vous assurer que les conditions de travail sont loin d'être mauvaises, même s'il peut nous arriver de nous retrouver en difficulté si un produit est défectueux par exemple.

Quelles seront les répercussions sur votre chiffre d'affaires ?

Il est encore trop tôt pour le dire car certains clients sont peut-être revenus en fin d'après-midi ou ont peut-être décalé leurs achats à ce mercredi. Mais en général, le mardi fait partie de nos plus grosses journées car les bénéficiaires de la carte Pass ont des remises supplémentaires.

Les salariés de Carrefour Vitrolles en grève ce mardi 14 avril 2015 une grève express et 35 embauches a la clef.Plus de 200 salariés ont manifesté
Tag(s) : #REVUE DE PRESSE
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :