C'est parti pour plusieurs semaines d'intenses négociations. Le ministre du Travail, Eric Woerth, reçoit à partir d'aujourd'hui les partenaires sociaux pour trouver une solution au financement du système des pensions.

Nouvelles recettes

Avec un déficit du régime général de la branche vieillesse de la sécurité sociale de 9,5 milliards d'euros en 2009 et 11 milliards d'euros prévus pour 2010, le gouvernement est à la recherche de nouvelles recettes pour assurer la pérennité du système.

Il n'a pas prévu de dévoiler son projet avant la "fin mai, début juin", pour déposer un texte au Parlement en septembre. Mais ces premières réunions seront l'occasion d'évoquer les différentes pistes de réformes.

Prélèvement spécifique

En pleine polémique sur le bouclier fiscal, les syndicats de salariés reprochent à Nicolas Sarkozy de focaliser les débats sur les efforts à demander aux salariés. La semaine dernière, l'Elysée a évoqué la possibilité de créer un "prélèvement spécifique sur une catégorie de population", vraisemblablement les ménages aisés, pour une réforme plus juste.

Le Journal du Dimanche a d'ailleurs avancé hier l'hypothèse d'une CRDS additionnelle exclue du bouclier fiscal pour financer les retraites.

Trois leviers

A côté de cette hausse des prélèvements, le gouvernement veut faire travailler les Français plus longtemps et peut jouer sur trois autres leviers.

Tout d'abord, une augmentation des cotisations retraites pour renflouer les caisses avec de nouvelles recettes fiscales.

La durée de cotisations pourrait ensuite être allongée: le gouvernement n'a pas caché sa volonté, d'ici 2020, d'arriver à 42 ans de cotisations.

Enfin, Nicolas Sarkozy pourrait repousser l'âge légal de départ à la retraite, comme le demande le Medef. Une solution qui serait la plus avantageuse financièrement mais qui reste très critiquée par l'opposition et les syndicats.

Symbole des 60 ans

A part la CFE-CGC, toutes les organisations syndicales n'ont pas l'intention de toucher à la barre symbolique des 60 ans. La CFDT pourrait en revanche accepter un nouvel allongement de la durée de cotisation.

Ces prises de position sont en phase avec une majorité de Français. Selon une étude RTL-Harris Interactive diffusée dimanche, 80% des personnes intéressées jugent "nécessaire" de réformer le système, mais une majorité (56%) n'est pas prête à cotiser plus longtemps. 60% pensent ainsi qu'il ne faut pas reculer l'âge de départ.

Plus largement, les syndicats veulent en priorité régler la question de l'emploi, pour rétablir les recettes de la Sécurité sociale.

Trouver de nouvelles ressources pour les retraites en taxant des revenus échappant aux cotisations sociales leur semble aussi indispensable, tout comme la prise en compte pour la retraite de la pénibilité de certains métiers.

Fonction publique

Sur la question des retraites dans la Fonction publique, le gouvernement s'est montré prudent ces dernières semaines. Le secrétaire d'Etat à la Fonction publique George Tron a estimé dimanche que cette question ne pouvait être "un préalable". Une journée spécifique de concertation est prévue sur ce thème.

Le Conseil d'orientation des retraites (COR) doit bientôt fournir au débat ses nouvelles projections financières pour l'ensemble du système de retraites. Prévue au départ mercredi, la publication de ces données pourrait être repoussée à mai, a indiqué dimanche sur RTL Laurence Parisot (Medef).

 

source www.e24.fr