Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le ministre du Travail reçoit jeudi et vendredi les partenaires sociaux pour d'éventuels ajustements au projet de réforme des retraites, avant l'ultime réunion d'arbitrage à l'Elysée vendredi soir.

La CGT et FO n'iront pas au ministère du Travail pour une ultime concertation sur la réforme des retraites, Eric Woerth ayant exclu de revenir sur la mesure phare présentée mercredi : le relèvement de 60 à 62 ans de l'âge légal du départ à la retraite d'ici à 2018. « C'est y aller pour rien, y'a rien à négocier, rien à discuter. Jean-Claude Mailly ne souhaite pas aller discuter les centièmes après la virgule », a expliqué un proche du secrétaire général de FO. « La négociation nous est refusée. Le ministre a dit clairement qu'il ne reviendrait pas sur la philosophie du texte. Or nous, c'est tout le texte que l'on veut changer », a renchéri Eric Aubin (CGT).

Eric Woerth, qui s'est déclaré ouvert à une discussion sur les carrières et la pénibilité, a commencé sa série de consultations des partenaires sociaux par Laurence Parisot. La présidente du Medef a réitéré son soutien au relèvement de l'âge légal, assurant que les entreprises «étaient prêtes à [s']engager sur des politiques de ressources humaines, des politiques de formation, pour intégrer cette évolution ». En revanche, elle a réitéré sa mise en garde contre les projets de taxation supplémentaire. Selon elle, le ministre se serait « montré sensible à cette question de l'épargne retraite ».

 

La CFTC entendue juste après souhaitait, quant à elle, alerter « le gouvernement sur les conséquences irréparables » de la réforme. Le ministre du Travail doit encore s'entretenir jeudi avec François Chérèque(CFDT) et Jean Lardin (UPA). Seront reçus vendredi Bernard Van Craeynest (CFE-CGC) et Alain Olive (Unsa).

Woerth ne redoute pas la grève du 24 juin

Pour Bernard Thibault, le secrétaire général de la CGT, « il faut une réaction à la hauteur de l'attaque ». Il a appelé les salariés à se mobiliser pour que la nouvelle journée de grèves et de manifestations du 24 juin soit « une grosse réussite ». Une majorité de Français (52 %) juge la réforme des retraites « injuste et inefficace », selon un sondage CSA-« Aujourd'hui en France » publié jeudi, dont 60 % ne sont pas d'accord avec le recul de l'âge à 62 ans. « Rien n'est joué », a souligné le leader de la CGT, devant des militants réunis à Grenoble, rappelant que par le passé « des gouvernements, tout en étant droit dans [leurs] bottes, [avaient] bouger tout simplement parce qu'ils étaient contraints par une mobilisation ».

« La mobilisation sera certainement forteNous l'attendons, nous ne la redoutons pas », a déclaré Eric Woerth jeudi sur RTL. Force ouvrière, qui faisait jusque-là cavalier seul contre le projet du gouvernement n'exclut pas de rejoindre le mouvement. La confédération se prononcera le 21 juin.

Tag(s) : #REVUE DE PRESSE

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :