Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 Les salariés de Carrefour peuvent être rassurés, si leur entreprise ne peut offrir un salaire décent à tout le monde, elle a quand même réussi à faire un effort pour l'un de ses salariés : fricLars Olofsson. En effet, il est moins coûteux donner beaucoup à un seul qu'un petit peu à tout le monde, c'est mathématique. En conséquence, ce personnage méritant perçoit plus de 9 Millions d'euros et est assuré de d'obtenir à vie une retraite de 500.000 euros au bout de 3 ans à la tête de Carrefour. Pas mal ! Si vous voulez des détails et comparer avec vos revenus,  Attention, vous allez être en état de choc en lisant les explications ! Mais ne soyez pas jaloux et posez-vous la question "Est-ce que je mérite un meilleur salaire que celui qui m'est octroyé ? ". De toute évidence, NON ! Allez, au boulot, tas de fainéants, la belle entreprise a besoin de votre sueur pour payer Lars Olofsson et Bernard Arnault  !!! Et en silence !!

 

 

Lars Olofsson est, depuis un an, l'heureux directeur général de Carrefour. Son fixe, ses bonus, ses stock-options et ses actions gratuites se montent à 9,25 millions d'euros. Quant à la retraite, il lui suffira de trois années travail pour prétendre à 500.000 euros par an.


Forcément, dans la grande distribution, on distribue en grand. Le nouveau Directeur général de Carrefour, Lars Olofsson peut en témoigner. Dès sa nomination en avril 2009, les actionnaires lui ont concocté un régime de retraite ultraprivilégié. Pour attirer cette star de Nestlé, il ne fallait reculer devant rien. Dont acte.
Après seulement trois ans de service dans le groupe, le DG devrait pouvoir toucher une retraite annuelle de 500 000 euros sa vie durant. Carrefour lui a reconnu d'amblée treize années d'ancienneté. En décembre 2012 - donc après le délai de trois ans minimum pour faire valoir ses droits, le fringant Suédois (alors âgé de 61 ans) revendiquera théoriquement « seize années de présence » pour le calcul de sa rente. Au taux de 1,5 % de son salaire par année, Lars Olofsson toucherait finalement 24 % (1,5 % x 16) de sa rémunération, plafonnée, pour le calcul de sa rente, à 2,06 millions d'euros.

Une "rémunération lasagne"

A ce généreux régime s'ajoute une rémunération (fixe et variable) très convenable. En 2009, il a gagné 2,7 millions d'euros. Soit 10% de plus que son prédécesseur Luis Duran. Son bonus de 1,35 million d'euros le place aussi dans le haut du panier des patrons du CAC 40, gratifiés en moyenne d'une prime inférieure de 40%.
La liste des cadeaux s'allonge avec les fameuses stock-options : 130 000 unités à 33,70 euros. Au cours actuel (32,25 euros), elles ne recèlent aucune plus value mais un peu de patience... Le groupe évalue cette attribution à 1,7 million. Carrefour se montre encore plus magnanime avec les actions gratuites : 165 000 actions, valorisées à 4,75 millions à condition de remplir des conditions de performances économiques et financières.
Retraite, fixe, bonus, stock, actions gratuites... Lars Olofsson empile donc les gratifications. Cette « rémunération lasagne », comme disent les spécialistes en paye managériale, se complète par une allocation de logement égal à 100 000 euros. De quoi trouver un bel appartement dans Paris.

Un chiffre, au pied de cette colonne de chiffres : 9,25 millions d'euros. Sans compter la retraite annuelle de 500 000 euros que le groupe doit provisionner. A 60 ans, l'espérance de vie se monte à 22 ans. Très cher Monsieur Olofsson !
Source : L'express.fr

Tag(s) : #REVUE DE PRESSE

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :