Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

20minutes.frDes dizaines de milliers de personnes ont défilé dans les rues de Paris, le 23 mars 2010

SOCIAL - Transports et fonction publique sont touchés...

Plusieurs centaines de milliers de personnes ont manifesté ce mardi un peu partout en France contre la politique économique et sociale du gouvernement, à l'appel de la plupart des syndicats qui se disaient «agréablement surpris» par l'importance de la mobilisation, jusqu'ici occultée par les élections régionales.

Les arrêts de travail qui ont ponctué cette journée d'action interprofessionnelle organisée par la plupart des syndicats ont toutefois provoqué peu de perturbations, exception faite de l'enseignement, de la justice et de la SNCF.

L'approche de la réforme des retraites, désormais confiée à l'ancien ministre du Budget Eric Woerth qui a confirmé le dépôt d'un projet de loi en septembre, semble avoir contribué à la mobilisation. «C'est un tour de chauffe», prévenait dans le cortège bordelais un militant CGT de France Télécom.

«La mère des revendications»

L'approche de la réforme des retraites, désormais confiée à l'ancien ministre du Budget Eric Woerth qui a confirmé le dépôt d'un projet de loi en septembre, semble avoir contribué à la mobilisation. «C'est un tour de chauffe», prévenait dans le cortège bordelais un militant CGT de France Télécom.

«La mère des revendications»

Patron de ce syndicat, Bernard Thibault a décrit cette journée comme un moyen de «commencer à peser sur ce rendez-vous». Pour son homologue de la CFDT François Chérèque en revanche, «il ne faut pas tomber dans le panneau du gouvernement qui veut qu'on ne parle que des retraites» pour faire oublier le reste.

Dans la capitale, 60.000 manifestants selon la CGT (31.000 pour la police) ont défilé en milieu d'après-midi. «Résistance pour le service public, les salaires, les retraites», ont scandé les manifestants. Quelques heures plus tôt, FO avait organisé depuis les Invalides, à Paris, son propre cortège, première étape de ce que son secrétaire général Jean-Claude Mailly a appelé «la mère des revendications», le maintien du droit à la retraite à 60 ans.

Près de 800.000 manifestants dans les rues

Les manifestations (180 rassemblements prévus) ont imprégné tout le pays, y compris les petites villes. Ce mardi, en milieu d'après-midi, la CGT recensait près de 800.000 manifestants partout en France. On restait loin néanmoins du pic du 19 mars 2009 (3 millions selon la CGT).

De 8.000 à 20.000 manifestants étaient comptabilisés à Bordeaux, de 9.000 à 18.000 à Toulouse, entre 12.000 et 50.000 à Marseille. Des milliers de personnes ont également défilé à Tarbes, Nantes, Rouen, Caen, Rennes, Le Mans, Lyon, Grenoble, Clermont-Ferrand, Saint-Etienne...

Pagaille évitée dans les transports

Quant aux grèves, elles ont d'abord affecté l'Education nationale. Les grévistes du primaire étaient 29,8%, selon le ministère, et 52% d'après le SNUipp-FSU, principal syndicat du primaire, bien plus que lors des précédentes journées de grève. Les enseignants du secondaire ont été moins nombreux (de 14,9% à plus de 40%, selon les sources).

Dans les transports, le service minimum a évité la pagaille. 65% des TGV circulaient, de 35% à 75% des TER, 50% des Transiliens, et de 50% à 60% des Corail. A Paris, bus, tramways, métros et RER étaient proches d'une activité normale sauf le RER B (une rame sur deux). En province, les transports urbains ont été peu affectés dans la majorité des cas.

Les manifestations (180 rassemblements prévus) ont imprégné tout le pays, y compris les petites villes. Ce mardi, en milieu d'après-midi, la CGT recensait près de 800.000 manifestants partout en France. On restait loin néanmoins du pic du 19 mars 2009 (3 millions selon la CGT).

De 8.000 à 20.000 manifestants étaient comptabilisés à Bordeaux, de 9.000 à 18.000 à Toulouse, entre 12.000 et 50.000 à Marseille. Des milliers de personnes ont également défilé à Tarbes, Nantes, Rouen, Caen, Rennes, Le Mans, Lyon, Grenoble, Clermont-Ferrand, Saint-Etienne...

Pagaille évitée dans les transports

Quant aux grèves, elles ont d'abord affecté l'Education nationale. Les grévistes du primaire étaient 29,8%, selon le ministère, et 52% d'après le SNUipp-FSU, principal syndicat du primaire, bien plus que lors des précédentes journées de grève. Les enseignants du secondaire ont été moins nombreux (de 14,9% à plus de 40%, selon les sources).

Dans les transports, le service minimum a évité la pagaille. 65% des TGV circulaient, de 35% à 75% des TER, 50% des Transiliens, et de 50% à 60% des Corail. A Paris, bus, tramways, métros et RER étaient proches d'une activité normale sauf le RER B (une rame sur deux). En province, les transports urbains ont été peu affectés dans la majorité des cas.

source www.20minute.fr

Tag(s) : #REVUE DE PRESSE

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :