Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

117 magasins pourraient etre fermés en Belgique  ce vendredi 30 avril 2010. Les grévistes protestent contre le plan social, présenté il y a deux mois, et contre le gel des salaires.

La grève générale programmée vendredi chez Carrefour en Belgique aura bien lieu. Les syndicats l'ont confirmé, jeudi, tandis qu'une dizaine de magasins étaient déjà fermés. Demain, la plupart des 117 points de vente pourraient rester portes closes. Les inquiétudes demeurent fortes dans le pays, où le numéro un européen de la distribution, confronté à une chute de ses parts de marché et de son chiffre d'affaires, a annoncé fin février un plan social très lourd. D'ici à la fin du mois de juin, 1.672 suppressions de postes ont été programmées (sur 14.500) en parallèle de la fermeture de supermarchés et d‘hypermarchés. «Certains magasins vont aussi être franchisés, ce qui impliquera d'autres licenciements», souligne Manuel Gonzalez, délégué syndical de la Centrale nationale des employés (CNE). Autres sujets de préoccupation : le gel des salaires et la suppression éventuelle de l' «index» (en Belgique les salaires sont réévalués automatiquement chaque année en fonction de l'augmentation du coût de la vie). Des mesures que les syndicats rejettent tout net.

«Pas convaincus»

Mercredi, la direction de Carrefour a tenté de faire annuler la grève. «Outre le fait que [celle-ci] sera très dommageable pour l'entreprise et pour son image auprès des clients, elle entame aussi la confiance dans la concertation sociale que la direction a voulu privilégier», a déclaré Gérard Lavinay, l'administrateur délégué de Carrefour Belgium. Il a aussi confirmé que le groupe ne comptait pas quitter la Belgique, comme il l'avait déjà assuré aux «Echos» il y a deux mois : «Nous avons la chance d'avoir un marché alimentaire extrêmement dynamique, avec 2 % ou 3 % de croissance. Cela justifie que nous restions», avait-il alors déclaré. Cela n'aura pas suffi. «Nous n'avons pas été convaincus», affirme Manuel Gonzalez. Selon le site Internet du quotidien «Le Soir», la grève pourrait occasionner un manque à gagner de 20 millions d'euros pour Carrefour.

En France, en revanche, la direction du groupe est parvenue mercredi à empêcher le mouvement social prévu également vendredi dans les hypermarchés. Après avoir reçu FO, la CFDT et la CGT, elle a accepté de rouvrir des négociations sur les rémunérations et devrait rencontrer des représentants de toutes les organisations syndicales la semaine prochaine.

 

source www.lesechos.fr

Tag(s) : #REVUE DE PRESSE

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :