Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Affaire Carrefour contre

 

Régis SAMSON (suite)

Compte rendu succinct du rendez-vous de Régis SAMSON avec l’inspecteur du travail.

 

Le 24/10/2012, Régis SAMSON, délégué syndical FO de Carrefour Etampes,  a été reçu en enquête contradictoire par l’inspecteur du travail en présence de M. Carlos MACHADO, directeur de Carrefour Etampes, du Secrétaire de l’UD91 et de l’avocat de l’Union Départementale FORCE OUVRIERE.

 

L’entretien Carrefourcad.jpga commencé vers 10H40 et s’est terminé à 15H45.

 

Tout d’abord, M. MACHADO a formulé les reproches qu’il faisait à M. SAMSON, soit harcèlement à l’encontre de plusieurs personnes du magasin et injures.

 

 

M. MACHADO avait communiqué des pièces à l’inspection du travail sans que M. SAMSON en soit informé, violant ainsi le principe du contradictoire.

 

L’inspecteur du travail a, lui-même, immédiatement fait des copies de ces pièces pour les remettre à M. SAMSON en insistant sur le fait qu’il ne voulait pas de vice de procédure.

 

De son côté, M. SAMSON a remis à M. MACHADO et à l’inspecteur du travail 72 pièces ainsi qu’un historique de sa carrière syndicale et des incidents liés à l’exercice de son mandat, en particulier depuis 2010.

 

M. SAMSON à argumenté sa défense sur plusieurs points :

 

1) Alors qu’ils étaient destinataires de plaintes venant d’un supérieur hiérarchique de M. SAMSON, M. MACHADO et l’inspecteur du travail n’ont pas  réagit.

Pour M. SAMSON, le seul incident ayant eu lieu entre lui-même et son responsable était lié à l’exercice de son mandat et ceci n’avait aucun rapport avec du harcèlement. Plus rien ne s’est produit depuis.

En ce qui concerne les autres salariés impliqués, M. SAMSON considère, au vu de la chronologie des faits, qu’il s’agit de toute évidence d’un coup préparé de longue date après la tentative de licenciement avortée de  l’année précédente.

 

2) Aucun des faits reproché n’est avéré par des preuves irréfragables ou non ; il ne s’agit que de ressentis, de simples déclaration sur main-courante faites par des salariés cadres sous subordination directe et dont les témoignages sont retrouvés à charge dans de nombreux cas de licenciement.

 

3) Le seul incident que M. SAMSON reconnait consiste en une « engueulade » avec un collègue sur un sujet syndical pendant l’exercice de son mandat. Ce salarié a d’ailleurs clairement exprimé son souhait que cet incident n’entraine de préjudice pour personne.Liberte-syndicale-2.gif

 

Trente années de militantisme actif ont certainement de quoi générer des rancœurs du côté de la direction  qui a fini par collecter soigneusement plein de petits incidents, en veillant à ce que M. SAMSON n’en ait pas connaissance, pour fabriquer un « dossier à charge ».

 

L’inspecteur du travail semblait plus sensible à l’argumentation de la direction bien que sa décision ne soit pas prise. Il lui reste encore plusieurs personnes à entendre.

 

L’inspecteur du travail a déclaré que sa décision sera prise et communiquée entre le 15 et le 25 novembre 2012.

  Vous pouvez adresser vos messages de soutien à Régis SAMSON sous forme de commentaire sur ce blog ou par courriel.

fo.carrefour.etampes@wanadoo.fr
tel. 06 83 47 01 21
 
bvVous pouvez écrire à Carrefour France

Carrefour France

33 rue Emile ZOLA

92100 BOULOGNE-BILLANCOURT

 

bvVous pouvez diffuser largement tout ce qui concerne cette affaire de licenciement scélérat sur vos blogs, sites et réseaux sociaux.

Tag(s) : #REVUE DE PRESSE

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :